Anthony Glinoer

«Les imaginaires du livre, de l’écrivain et de l’éditeur»

(the English follows)

Qu’est-ce que les fictions de la vie littéraire ont à nous apprendre sur le livre, l’édition, la lecture et sur les acteurs qui animent toute la chaîne du livre ? Fruits des représentations que se font les écrivains du milieu où ils évoluent, les romans qui mettent en scène la vie littéraire possèdent un savoir réflexif particulier sur l’univers du livre. C’est à ce corpus étonnamment vaste des romans de la vie littéraire des XIXe au XXIe siècle que le Gremlin (Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions) a dédié l’essentiel de ses recherches. La publication d’ouvrages collectifs et de numéros de revue (Fictions du champ littéraire et Bohème sans frontière en 2010, « Le livre dans le livre » en 2011, Imaginaires de la vie littéraire en 2012, Romans à clés en 2014) s’est ajoutée à la publication en ligne des bibliographies des romans français et québécois de la vie littéraire et d’une vaste base de données contenant des fiches détaillées de plus de 80 romans (voir le site legremlin.org). Son intense activité de rassemblement de matériel brut et d’articles d’analyse (une centaine) a permis au Gremlin de cartographier le territoire de la vie littéraire fictionnelle en France. C’est quelques-uns de ces périmètres (la transmission de l’objet-livre, la mise en abyme du processus créateur à même la fiction, les formes de sociabilité comme les salons et les cénacles comme lieux de rencontre des acteurs fictifs principaux de la vie littéraire) que ma conférence s’attachera à dessiner. À titre d’exemple, je me pencherai plus longuement sur les figurations de l’éditeur dans le roman français. Autrefois presque invisibles dans les romans de la vie littéraire français, les personnages d’éditeurs abondent désormais : partant du roman qui a façonné durablement l’image fictionnelle de l’éditeur, Illusions perdues de Balzac (1839), je remonterai jusqu’à l’époque contemporaine pour étudier (chez Échenoz, Pennac, Robbe-Grillet, Christine Angot, etc.) les figurations de l’éditeur : ses traits physiques, ses lieux de sociabilité, sa fonction sociale et sa parole. Je montrerai que, contrairement à ce qui était de mise jusque dans les années 1970, cette dernière est souvent élevée à l’échelon de la parole de l’écrivain fictif pour exprimer la résistance à la marchandisation de la production littéraire.

What can works of fiction about the literary life teach us about the book, publishing, reading, and all the actors who animate the communications circuit? As representations of the writer’s own milieu, novels that portray the literary life possess a particular reflexive knowledge about the universe of the book. It is to this astonishingly vast corpus from the nineteenth to the twenty-first century that the GREMLIN (Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions) has dedicated the core of its work. The publication of essay collections and special journal issues (Fictions du champ littéraire et Bohème sans frontière in 2010, “Le livre dans le livre” in 2011, Imaginaires de la vie littéraire in 2012, Romans à clés in 2014) has joined the online publication of bibliographies of French and Québécois novels about the literary life and of a vast database containing detailed records of more than 80 novels (see legremlin.org). Its intense collection of raw material and analytical articles (a hundred) has allowed the GREMLIN to map the territory of the fictional literary life in France. This paper will endeavour to sketch some of the perimeters (the transmission of the book object, the mise en abyme of the creative process in the fiction itself, and forms of sociability like salons as sites of encounter among principal fictive actors in the literary life). By way of example, I will examine at length the configuration of the publisher in the French novel. Once almost invisible in French novels of the literary life, characters of publishers later abound. Beginning with the novel that fashioned the lasting fictional image of the publisher, Balzac’s Illusion perdues (1839), I will come up to the contemporary moment to study (in the case of Échenoz, Pennac, Robbe-Grillet, Christine Angot, etc.) the representation of the publisher – his/her physical traits, places of sociability, social function, and speech. I will show that, contrary to what was usual even into the 1970s, the speech of the publisher is now often elevated to the level of that of the fictive writer to express resistance to the commercialization of literary production.

photo Glinoer

Anthony Glinoer est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire et professeur à l’Université de Sherbrooke. Ses travaux ont porté principalement sur l’histoire de l’édition (Naissance de l’Éditeur. L’édition à l’âge romantique avec Pascal Durand en 2005), sur l’étude des représentations dans la littérature de la vie littéraire (codirection de Fictions du champ littéraire en 2010, d’Imaginaires de la vie littéraire en 2012 et de Romans à clés en 2014) et sur les groupes d’écrivains et d’artistes (L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle avec Vincent Laisney en 2013). Responsable du Gremlin, Anthony Glinoer a aussi lancé en 2014 le projet Socius, lequel se décline en rééditions de classiques de la théorie sociale du littéraire, en bibliographies rééditées ou originales et en un lexique de concepts établi par une équipe internationale (voir le site en accès libre ressources-socius.info).

Anthony Glinoer holds the Canada Research Chair in the history of publishing and literary sociology and is a professor at Université de Sherbrooke. His works have mainly addressed publishing history (Naissance de l’Éditeur. L’édition à l’âge romantique with Pascal Durand in 2005), the study of representations of the literary life in literature (co-editing of Fictions du champ littéraire in 2010, Imaginaires de la vie littéraire in 2012 and Romans à clés in 2014), and groups of writers and artists (L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle with Vincent Laisney in 2013). The director of the GREMLIN, Anthony Glinoer also launched the project Socius in 2014, which has produced editions of the classics of the social theory of the literary, original or edited bibliographies, and a lexicon of concepts established by an international team (see the open-access site ressources-socius.info).